Année 2000
Tracé et réalisation du jardin


Mon regard caresse ce prodigieux mamelon qui durant les cent dernières années a nourri les ceps d’une vigne aux raisins blancs – délicieux nectar d’un vin blanc moelleux  - ( lire mon roman « l’écume des rêves » …

J ‘ai essayé de tracer les allées sur les lignes de courants telluriques qui convergent en un point que m’ont indiqué gracieusement deux terriens du règne animal. 
    + Le premier, un papillon nommé « vulcain » ou « l’amiral », qui dés les premiers jours ensoleillés du printemps jusqu’à la fin de l’automne se pose toujours en fin de journée sur ce point précis, ailes à plats, antennes baissées.

    + Le second, une couleuvre lisse qui vient se chauffer au soleil de midi toujours en ce même point et ne semble pas intriguée par mon approche lorsque je suis moi-même en état de sagesse intérieure, ce qui arrive (parfois !..) lorsque je suis dans ce rayon cosmique.

 

La floraison naturelle au gré des saisons :

 2001/ 2002: Dans I'ordre suivant ont fleuri : le Pissenlit, les Paquerettes, le Bouton d'or puis le Plantain Lancéolé très envahissant, enfin les Marguerites et les graminèes; Brome, Paturin, Fétuque, Dactyle, Ray-grass, Fléole parmi l'Achillée millefeuille. A la fin de I'été,quelques Molènes se glissent entre les hautes Carottes sauvages aux fleurs en ombelles qui projettent sur le sol de belles ombres en dentelles sous lesquelles pousse une petite flore rasante.

2003 / 2004: Le Plantain perd du terrain au profit des Marguerites qui s'installent durablement. Premiéres apparitions d'Orchidées bouffon et de quelques Orchis abeille de toute beauté. Les grandes graminées se font plus rares alors que se développent les Carottes sauvages aux grandes ombelles blanches dans un automne assez gris.

2005 / 2006: Après une belle floraison de Paquerettes et de Boutons d'or les Orchidées continuent à gagner du terrain, Orchis moustique, Orchis abeille, orchis à larges feuilles, apparaissent également le Séneçon jacobée,l'Armoise, I'Arnica mais aussi quelques pieds de Panais qui ne m'aime pas et que je coupe à la bêche! Puis une fin de saison avec beaucoup moins de Carottes sauvages mais de belles graminèes qui résistent a la sécheresse.

2007 / 2008: Très importante sortie de Muscari en grappe, d'Orchidées, Orchis bouffon,Orchis militaire, Orchis frelon parmi les graminées,et surprise, quelques légumineuses, Trèfle des champs, Trèfle doré, Minette lupuline, Lotier corniculé. La flore naturelle s'enrichit d'un grand nombre de plantes qui disputent le territoire aux graminées et autres : Millepertuis, belles Egremoines, Coquelicot, Mauve, Mouron, Oseille, Véronique. Les fleurs de Carottes sauvages illuminent l'automne.
 
2008/ 2009: Les Orchidées s'imposent à nouveau au milieu d'une flore variée qui a du mal à démarrer sa croissance dans un sol sec. Les graminées vont mener la vie dure aux marguerites qui ne s'en laissent pas conter et vont rester fleuries durant plus d'un mois et demi.

Sur le bord du mamelon, au niveau du mur en pierre sèche apparaissent cette année des pieds de Cardère, de Molène bouillon blanc, de Menthe des champs, de Chicorée sauvage, de sauge, de Mélisse officinale, de Camomille, qui constituent une pharmacopée d'huiles essentielles véritable codex des apothicaires du XVe siècle !

Les grandes graminées dominent la flore du mamelon et ondulent au vent d'automne sous un ciel tourmenté où "les nuages s'accumoncellent et vivent en cocuménage"!... Comme l'Ècrit si bien Antoinette Fouque, écrivaine et poétesse de renom.

 

 

 

 

A partir de l'année 2005

 


 

 

 

+ Protection de la flore naturelle.

+ Programme d'entretien :

-         Une tonte de « nettoyage » avant le départ de la végétation.

-         Une tonte de « nettoyage » avant l'hiver ;

 

 

Pas d'exubérance ornementale, en dehors de l'allée de Séquoia et des bordures d'allées de buis et de romarin plantées à partir de boutures et de plants produits annuellement dans le jardin potager, conduit en culture Bio-Dynamique, méthode Rudolf Steiner enseignée par le professeur Louis et aujourd'hui principalement par Maria Thun.

 

 

En fonction du lieu, du sol, des lignes de relief, de l'horizon, des jeux de lumière dus à la hauteur de la flore naturelle changeant au gré des saisons et des variations du climat, le mamelon est en fleur du printemps à l'automne ! …Mais le plus beau reste encore les courses folles de mes petits enfants disparaissant parmi les grandes marguerites et les frêles graminées.