le coït pour lutter contre l' alcoolisme ?

8/1/13


Notre moucheron La drosophile mâle, privée de coït, va plutôt boire de l' alcool  !!..pour se consoler ....
voila un constat qui devrait donner des idées à ceux qui en manquent pour lutter, entre autres,  contre l'alcoolisme ! réouvrir officiellement  les "maisons closes" ...pourquoi pas ? .
 
Notre moucheron est - comme presque toujours dans les labos - la Mouche du vinaigre, Drosophila (Sophophoramelanogaster, famille des Drosphilidés, c’est-à-dire qui aiment la rosée. Notre drosophile mâle, privée de coït, va plutôt boire de l’alcool. 
Galit Shohat-Ophir et ses collaborateurs (université de Californie à San Francisco, États-Unis) ont découvert un mécanisme neurochimique qui dans le cerveau de l’insecte lie le rejet des avances et le comportement de recherche de récompense, ceci sous l’action d’un neuropeptide spécifique. Ce dernier, appelé F, a pour homologue chez les mammifères le neuropeptide Y ; son inactivation, chez la souris, rend cette dernière alcoolique. Sans aucun lien avec le comportement sexuel. La privation d’accouplement diminue la teneur en NPF dans le cerveau du mâle de droso, qui se met à se tourner vers l’alcool. Cette substance, comme le sexe, sont des récompenses.
Rappelons que dans la boîte de Petri, pas troublé par la lumière ni par les caméras, Monsieur court après Madame, lui adresse un vibrant (d’une aile) chant d’amour, lui tapote l’abdomen et touche ses genitalia de son proboscis (ces mots latins sont indispensables à cet endroit) ; si tout va bien, ses tentatives d’accouplement sont acceptées. La cour dure 10 minutes, la copulation 20 ; ensuite de quoi Madame va pondre et Monsieur charmer une autre femelle.
L’expérience a consisté (en gros) à comparer le comportement alimentaire de mâles satisfaits (mis par 4 avec 20 femelles vierges renouvelées chaque jour durant 4 jours) avec celui de mâles frustrés (p. ex. les femelles présentes sont déjà fécondées et s’opposent à toute tentative d’accouplement). Ces derniers choisissent le sirop (dispensé par des pailles) alcoolisé (du 15 degrés) alors que les premiers ne montrent aucune préférence.
Les drosos mâles vierges et ceux qui ont eu une expérience avec des drosos femelles décapitées (qui sont ardemment courtisées mais avec qui le coït réussit rarement) vont également vers l’alcool. 
Mais n’y sombrent pas. Le mâle qui, plus tard dans sa vie, a une relation sexuelle perd le goût pour l’alcool. 
Article source : G. Shohat-Ophir, K. R. Kaun, R. Azanchi, U. Heberlein, 2012. Sexual Deprivation Increases Ethanol Intake in Drosophila. Science 335, 1351.

[R] ... Alain Fraval sur www.inra.fr/opie-insectes
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !




Créer un site
Créer un site